Acceptation des recommandations du 3e cycle de l’EPU : la CNDH et ses points focaux en consultations pour influencer la position du gouvernement

  • Bienvenue sur le site officiel de la CNDH du Togo, l’Institution de Promotion et de Protection des droits de l’Homme (“Tout individu a droit à la vie, à la liberté et à la sûreté de sa personne” : article 3 de la DUDH), et de Prévention de la Torture ( “Nul ne sera soumis à la torture, ni à des peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants” : article 5 de la DUDH) CONDOLEANCES : La Commission nationale des droits de l’homme (CNDH) condamne l’attaque terroriste du 14 au 15 juillet 2022 et l’assassinat de plusieurs compatriotes. Elle présente ses sincères condoléances aux familles éplorées et témoigne son soutien aux blessés. La Commission salue l’engagement des plus hautes autorités et des forces de défense et de sécurité à garantir vaille que vaille la sécurité et la quiétude des populations.
  • Activités, Actualités, Promotions | 4 mars 2022

    Acceptation des recommandations du 3e cycle de l’EPU : la CNDH et ses points focaux en consultations pour influencer la position du gouvernement

    Après le grand oral à Genève devant le Conseil des droits de l’homme au titre du 3e cycle de l’Examen périodique universel(EPU) du Togo en janvier dernier, arrive à grand pas l’échéance de l’acceptation ou non des 224 recommandations formulées les Etats examinateurs. Dans cette perspective, la Commission nationale des droits de l’homme (CNDH) soucieuse d’une large acception par le gouvernement desdites recommandations, a organisé les 03 et 04 mars 2022 à son siège à Lomé, deux rencontres d’échanges avec les organisations de défense des droits de l’homme (ODDH) et les points focaux gouvernementaux. Ces rencontres ont été présidées par la Vice-présidente de la CNDH, Madame ATITSO Afi.

    Il est question, à travers ces rencontres, de rassembler tous les points focaux pour une prise de contact dans le cadre de la collaboration CNDH/ODDH, et représentants des départements ministériels et institutions de la République, d’une part, et d’échanger sur les recommandations formulées lors de l’Examen périodique universel (EPU), d’autre part.

    Pour y parvenir, les participants ont au cours de ces rencontres, pris connaissance du contenu exact de chaque recommandation à travers des échanges et une harmonisation de leurs points de vue. Ils ont surtout passé au peigne fin chacune d’entre elles afin d’amener chaque acteur à se l’approprier, puis recueilli les avis des uns et des autres de manière à coordonner leurs actions pour mener un plaidoyer auprès du gouvernement. Pour la CNDH, l’objectif ultime est de jouer sa partition dans le processus de prise de décision au niveau du gouvernement pour une acceptation large des recommandations de l’EPU.

    A l’ouverture des travaux, la Vice-présidente de la CNDH Madame ATITSO Afi a estimé qu’en réalité, “c’est l’État qui est officiellement le seul responsable de la mise en œuvre des recommandations du rapport final, même si la CNDH, les ODDH et les autres parties prenantes ont un rôle important à jouer dans le suivi et le soutien à la mise en œuvre des recommandations spécifiques”.

    Signalons qu’après l’examen du rapport national, le Togo devra donner sa position sur chacune des recommandations– acceptée ou notée – au plus tard lors de la 50ème session du Conseil des Droits de l’Homme (CDH) en juin-juillet 2022. C’est donc une fenêtre d’opportunité que la CNDH et ses partenaires entendent saisir pour donner au gouvernement leur avis par rapport aux recommandations formulées par les Etats examinateurs.

    Innocent POPOLE
    Service de presse de la CNDH

    Commentaires

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

    Découvrez MivaSocial - Le réseau social africain - african Social network