Recommandations de l’EPU : la CNDH et les OSC à la recherche de meilleures stratégies d’action pour la mise en œuvre et le suivi

  • Bienvenue sur le site officiel de la CNDH du Togo, l’Institution de Promotion et de Protection des droits de l’Homme (“Tout individu a droit à la vie, à la liberté et à la sûreté de sa personne” : article 3 de la DUDH), et de Prévention de la Torture ( “Nul ne sera soumis à la torture, ni à des peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants” : article 5 de la DUDH) CONDOLEANCES : La Commission nationale des droits de l’homme (CNDH) condamne l’attaque terroriste du 14 au 15 juillet 2022 et l’assassinat de plusieurs compatriotes. Elle présente ses sincères condoléances aux familles éplorées et témoigne son soutien aux blessés. La Commission salue l’engagement des plus hautes autorités et des forces de défense et de sécurité à garantir vaille que vaille la sécurité et la quiétude des populations.
  • Activités, Actualités | 18 octobre 2022

    Recommandations de l’EPU : la CNDH et les OSC à la recherche de meilleures stratégies d’action pour la mise en œuvre et le suivi

    L’Agora Senghor de Lomé a servi de cadre le 17 octobre 2022, et ce, pour trois jours, à un atelier sur le développement des stratégies pour la mise en œuvre des recommandations de l’Examen périodique universel (EPU). Organisé par la Commission nationale des droits de l’homme (CNDH) en collaboration avec le Collectif des associations de lutte contre l(impunité au Togo (CACIT) et avec l’appui technique et financier de l’UPR Info, cet atelier vise à sensibiliser les participants sur le rôle actif que doivent jouer la CNDH et les organisations de la société civile dans la mise en œuvre des recommandations de l’EPU, d’une part, et de développer des stratégies d’action pour une mise en œuvre efficace de ces recommandations d’autre part. Cette rencontre  a été présidée par madame Afi ATITSO, vice – présidente de la CNDH, en présence de Madame Ami AMEMASSOR-HOUMAVO, vice-présidente du CACIT et de madame Laura SINNER, chargée de programme à l’UPR Info.

     

    Ils sont une quarantaine  de participants venus de la CNDH, du CACIT  et des différentes organisations de la société civile à prendre part à cet atelier de trois (03) jours consacré à l’élaboration des outils et stratégies d’action pour la mise en œuvre efficace des recommandations de l’EPU du Togo.

    En effet, lors de son troisième passage devant le Conseil des droits de l’homme des Nations Unies au titre de l’EPU, le 24 janvier 2022, 89 Etats ont formulé 224 recommandations à l’endroit du Togo qui a en accepté 182 et noté 42. Commence alors la phase de mise en œuvre et de suivi desdites recommandations.

    Certes, la mise en œuvre des recommandations du rapport final incombe à l’Etat.  Cependant, la CNDH, les ODDH et les autres parties prenantes ont un rôle important à jouer dans le suivi et le soutien à la mise en œuvre des recommandations. D’où cette rencontre technique pour échanger sur la meilleure manière de concevoir et développer une stratégie d’action. Il s’agit  donc pour les participants,  d’identifier les actions qui contribuent à la mise en œuvre, d’identifier les données permettant de suivre l’évolution de la mise en œuvre, de prévoir les ressources nécessaires, de cibler les partenaires potentiels, de définir un calendrier de réalisation, d’identifier les risques et obstacles et d’envisager les réponses d’atténuation des risques.

    Ce travail technique se fera dans des groupes thématiques préalablement identifiés avec des restitutions en plénière pour susciter une large adhésion aux différentes stratégies proposées.

    En ouvrant les travaux de cette rencontre, la vice-présidente de la CNDH, Madame Afi ATITSO a invité les participants à faire preuve d’engagement et de concentration afin qu’au terme de la rencontre ils parviennent à identifier les meilleures stratégies d’action pouvant permettre une mise en œuvre efficace et efficiente des recommandations.

    Cet atelier sera suivi de deux autres, l’un à l’endroit de la Commission interministérielle de rédaction de rapports et de suivi des recommandations (CIRR) et l’autre à l’intention des parlementaires.

    Rappelons que l’EPU est un mécanisme créée par les Nations Unies en 2006 pour examiner la situation générale des droits de l’homme dans chaque pays membre, sur une périodicité de cinq (05) ans.

    Mme KLU Kafui

    Service de presse de la CNDH

    Commentaires

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

    Découvrez MivaSocial - Le réseau social africain - african Social network